Astérix – Le Secret de la potion magique


À la suite d’une chute lors de la cueillette du gui, le druide Panoramix décide qu’il est temps d’assurer l’avenir du village.Accompagné d’Astérix et Obélix, il entreprend de parcourir le monde gaulois à la recherche d’un jeune druide talentueux à qui transmettre le Secret de la Potion Magique…


N’est pas druide qui veut

Note : 3.5 sur 5.

Nous pouvons nous laisser surprendre de ce retour en force côté gaulois, symbole de résistance. Depuis le succès de « Astérix : Le Domaine des Dieux », Louis Clichy, issu des studios Pixar, et le polyvalent Alexandre Astier remettent le couvert pour une réalisation plus sympathique. Alors que le volet précédent tournait au ridicule les institutions bureaucratiques et la mondialisation, entre autres, Astier exploite un filon rarement compatible avec les sorties en salles sans saveur qui s’accumulent. Mais eu lieu d’avoir un nouveau Goscinny-Uderzo à la baguette, le réalisateur choisit, avec une totale compréhension des bande-dessinées, d’encadrer son récit avec des dialogues nuancés et un humour courtois. De même, il maîtrise parfaitement la narration, sans se perdre sans les sous-intrigues, qui donnent du rythme et du divertissement.

La dextérité, l’équilibre, ainsi que la clairvoyance sont des qualités difficiles à transmettre. La question d’héritage vient baliser un scénario plutôt prévisible, mais qui tirera d’autres avantages ailleurs. Nous avons donc affaire à une sorte de recherche d’emploi et de talent à travers la Gaule. L’habilité d’Astier dans la narration et la fluidité de l’animation ne peuvent que nous séduire et réconforter ce voyage, sans temps-mort. De même, l’œuvre ne souffre pas d’un humour potache que l’on pourrait croire mal dosé, bien loin de là. L’agonie est derrière nous et le récit parvient à nous servir toute une brochette de nouveaux éléments, rattachés au champ lexical du druide. Notons également un bon équilibre dans la narration, car la star de « Kaamelott » pioche là où il faut pour présenter la grande galerie de personnages culte, des Romains aux pirates.

De ce fait, notre duo favori est laissé dans le fond, comme pour ajuster l’ambiance et le ton du long-métrage. On ne regrette pas leur temps à l’écran, car on s’attend évidemment à leur voir à l’œuvre et cela aurait été de mauvais goût de nous servir les mêmes plats, alors qu’on a l’occasion d’innover, encore et encore. On ne reste donc pas avare ni timide sur les diverses références culturelles, tantôt subtiles, tantôt frontales et sans complexes. Le timing aide à réguler tout cela et les dialogues entretiennent la meilleure des interactions avec un public varié. L’ensemble résonne ainsi avec pertinence et surfe sur une morale pédagogique cohérente pour qu’on reste concentré sur l’essentiel de l’intrigue.

« Astérix : le Secret de la Potion Magique » constitue ainsi un mariage de tons, du plus doux au plus épicé. Astier confirme son aisance derrière ce projet des plus rocambolesques et prouve qu’il manie l’art du dialogue et du rythme. Loin d’un schéma de sketches qui s’enchaînent à outrance, le réalisateur mise souvent sur la dynamique de ses personnages, marqués par la mélancolie et la folie. La relève est donc assurée et ce n’est pas toujours le premier choix qui sauve le peuple. Il faut savoir le laisser s’affirmer, afin que chacun puisse s’offrir l’opportunité d’ajouter son ingrédient spécial, une touche personnelle agréable à déguster.


Retrouvez également ma critique sur :

Catégories :Animation, Aventure, Comédie, FamilleTags:, , ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :